Forum de la guilde MadHouse - Serveur Sumens
 
AccueilS'enregistrerConnexion
La MadHouse est actuellement fermée depuis le 21 Mars 2015. Merci à ses MadHiens, et bon jeu à tous.

Partagez | 
 

 Le Clan de Nedora Riem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tehemin
Membre du Conseil
Membre du Conseil
avatar

Messages : 361
Points : 2534
Réputation : 3
Date d'inscription : 13/10/2012
Age : 26
Localisation : Lyon

Personnage
Classe: Sacrieur
Alignement : Brâkmarien
Niveau:
199/200  (199/200)

MessageSujet: Le Clan de Nedora Riem   Lun 15 Oct - 17:26

Chapitre I : Un secret de dieux.


Par une chaude nuit de Jouillier, alors que tout Amakna dormait, quelqu’un cria :
« QUOI ? COMMENT EST-CE POSSIBLE ? IL AVAIT DONC UNE SŒUR ? »
A la lueur d’une unique bougie de mineur sombre, un homme aux brais blancs comme la neige et à la peau tannée par le soleil venait de découvrir dans un livre poussiéreux un secret qui risquait bien de changer le Monde des Douze…
Des pas précipités firent soudainement grincer le vieil escalier qui menait au grenier de la bibliothèque d’Amakna. Apparu alors sur le seuil du grenier un hibou grassouillet que la rapide monté de l’escalier avait essoufflé.
« Maître Tehemin, vous êtes donc encore là ? Murmura le bibliothécaire entre deux souffles, qu’est ce qu’il vous a pris de crier comme ça ? Vous m’avez fait peur !
- Il en faut bien peu pour vous effrayer M. Stote…
- C’est que normalement les honnêtes gens dorment à cette heure là. Il est plus de une heure du matin !
- C’est que je ne suis peut être pas si honnête que ça finalement… Au fait, je vous empreinte ce livre, je ne pense pas qu’il vous manquera beaucoup… »
A ces mots, Tehemin remis son ploukosse et rattacha sa cape sur ses épaules puis se dirigea vers l’escalier, le livre fermement tenu entre ses mains. En passant près de Harry Stote, il chuchota à l’oreille du pauvre hibou :
« J’oubliais, vous ne m’avez pas vue, je n’étais pas là et ce livre n’existe pas, compris ? »
Joignant le geste à la parole, le jeune homme fit légèrement glisser sa lame hors de son fourreau. Le bibliothécaire jeta un regard nerveux à la dague avant de répondre précipitamment :
« Ou… oui monseigneur, évidemment.
- Bien, que votre nuit soit douce… au revoir…
Le sacrieur descendit rapidement l’escalier, franchit la porte de la bibliothèque et disparut dans la nuit sans lune, laissant le bibliothécaire seul au milieu du grenier éclairé par une bougie mourante.


« Thieffera ?... Thieffera ? »
Une jeune et belle disciple de Iop s’éveilla en sursaut dans son lit tandis qu’une voix caverneuse résonnait dans sa tête. Elle écarta de ses yeux une mèche de cheveux collée par la sueur et alluma une bougie. A la lueur de la flamme tremblante, elle constata avec amertume l’absence de son mari dans le lit conjugal. Mais ou est-il donc encore passé ? S’interrogea-t-elle, mais elle n’eut pas le temps de sermonner mentalement son époux car la voix se fit plus violente encore.
« THIEFFERA !
- Oui ? Qui est-ce ? Murmura la jeune femme.
- Ton dieu, Iop, évidemment.
- Iop ? Thieffera, en bonne disciple, s’agenouilla immédiatement au nom de la divinité. Que puis-je faire pour vous ?
- M’écouter, pour le moment. Ton mari, guider par sa déesse, a découvert un secret qui pourrait embarrasser certains dieux. Mais en ce qui me concerne, la découverte de ce secret m’arrange. Bien sur, Sacrieur et moi-même étions d’accord pour qu’il soit révélé au peuple d’Amakna, et c’est vous que nous avons choisit pour être nos portes paroles.
- Mais pourquoi nous ?... Nous ne sommes que deux modestes…
- Suffit, nous avons choisit, vous obéirez, que vous le vouliez ou non… Et puis, vous avez déjà une certaine expérience pour la mission que je vais vous confier…
Iop parla encore longuement à Thieffera, lui révélant en partie la teneur du secret des dieux et lui expliquant ce qu’elle devrait en faire.
Au petit matin, lorsque la iopette ouvrit les yeux, le ciel était bleu et les pioux chantaient. Aurais-je rêvé ? Se demanda-t-elle. Mais un regard sur le beau sacrieur encore habillé allongé a ses cotés ainsi que sur le vieux livre poussiéreux posé sur la table de chevet lui confirma que les évènements de la nuit n’étaient absolument pas un rêve…



Chapitre II : Dans l’ombre de son sang.


Thieffera et Tehemin étudièrent de longues heures le poussiéreux grimoire. Ce qu’ils en apprirent bouleversa leur vision du monde et la plupart de leurs croyances…

[Certaines pages étant illisibles et d’autres contenant des secrets trop dangereux pour être divulgués aux Amaknéens, une partie seulement de l’ouvrage a été transcrit ici. ndt]

« J’écris ce texte sur mon lit de mort, ma famille m’a renié sous l’influence de mon frère, mes amis et disciples ont tous été traqués et tués… Je suis donc la dernière détentrice de mon savoir. Afin que ma disparition ne marque pas le glas de mes idées et de mes principes, j’inscrirais ici tous ce qui fait de moi ce que je suis. Ce livre sera placé en sûreté à la bibliothèque d’Amakna, puisse-t-il tomber entre de bonnes mains…
[…] Ainsi naquis-je par une nuit de pleine lune. Cela marqua mon destin aussi sûrement que mon nom et celui de mon frère, Riem, marqua le destin du Monde des Douze.
Petite, déjà, j’étais en marge de ma famille. Mon père, sculpteur modeste de sa région, n’avait d’yeux que pour mon frère aîné. En effet, Kenera étant né sous le regard protecteur de la déesse Feca, il maniait avec aisance tous les types de bâton que notre géniteur pouvait tailler, à l’immense plaisir de ce dernier. Je n’ai que peu de souvenir de ma mère, c’était une femme effacée, toujours aux fourneaux et elle mourut avant que je fête mon sixième printemps. Lorsqu’il faisait beau, je me rappelle qu’on s’entraînait de longues heures dans la cour de la maison mon frère et moi. Il avait souvent le dessus car à l’époque je ne frappais pas assez fort pour briser ses boucliers… avec le temps, ça a changé…
[…] Je ne sais pourquoi mon frère à toujours eu cette réputation de duelliste chevronné… Peut être parce que je ne me suis jamais publiquement mesurée à lui et que personne n’a pu comparer notre puissance… On disait qu’il était imbattable… Pourtant moi je le battais. Iop m’avait donné sa force pour que je le serve fidèlement. Ma lame tranchait mes ennemis aussi sûrement que le feu brûle la peau, je bondissait plus haut et plus loin qu’aucun des autres disciples de mon dieu et sa sainte colère parlait à travers mon bras. Mais ça, c’était avant la trahison…
[…] Alors que la guerre entre les deux citées rivales de Bonta et de Brakmar éclatait, Kenera décida de se retirer du monde. Je ne compris pas immédiatement sa réaction, en effet, une guerre signifiait pour des individus comme nous plus de combats avec plus d’enjeux ainsi que des moyens de s’enrichir rapidement… Je me rendis compte bien plus tard que la vraie raison qui le poussait à s’exiler n’était pas celle qui m’avait donné : échapper à l’abomination des sanglants massacres dans les villages de notre enfance, mais découlait en fait de sa peur, sa peur du changement, sa peur de l’inconnu et du risque et plus encore, sa peur de souffrir. Mon frère s’est toujours positionné comme un pacifiste, mais en fait s’était un lâche ayant peur de tomber un jour sur plus fort que lui et de mourir…
Quoi qu’il en soit, je le suivis dans son exil. Près d’une décennie passa pour qu’il se décide enfin à affronter le monde. Une décennie passée à parcourir les coins les plus reculés du Monde des Douze, à en découvrir tous ses secrets, une décennie passée à s’entraîner contre les monstres les plus puissants ayant jamais foulés la terre...
Mais notre réapparition fut si spectaculaire, mettre en déroute à nous deux des troupes brakmariennes et bontariennes qui avaient refusé de cesser le combat lorsque mon frère leur avait ordonné, que les dieux eux-mêmes s’intéressèrent à nous. Nous fûmes donc convoqués au tribunal divin pour juger nos actes. Après de courtes délibérations, les dieux approuvèrent la création de notre groupe de mercenaires, les Keneras-Riem. Le conflit Bonta-Brakmar devait donc compter avec une nouvelle faction totalement neutre.
[…] Les dieux avaient toléré la création de notre clan car ils avaient bien senti que mon frère était faible et facilement manipulable. Ils souhaitaient de plus faire une faveur à la déesse Feca qui n’avait pas la chance de compter de grands héros de guerre parmi ses disciples. Ainsi Kenera fut choisi à mon dépend pour mener les mercenaires et pour former les jeunes générations…
[…] Suite à une dispute avec mon frère à propos de son oisiveté dans le conflit, je me mis à former mes propres apprentis. Je leur inculquais ma façon de voir le mercenariat : un métier où la pitié et la générosité n'ont pas leur place, où seul l’honneur et les kamas dictent nos pas et où on est libre de nos décisions sans être le jouet d'un quelconque gouvernement. Mais Iop, suite à son accord avec Feca, m’ordonna de cesser de former les Nedoras, comme on les appelait déjà. Comme je refusais et que mon dieu n’a qu’une parole, il avertit Feca et Kenera de mes agissements. A partir de ce moment ma vie bascula. Aidé par sa déesse protectrice, Kenera et ses apprentis traquèrent et massacrèrent mes disciples après m’avoir renié.
[…] Il y a peu de temps, Sacrieur est entrée dans mes songes. Touchée par le sacrifice que j’ai accepté en refusant d’obéir à Iop afin de défendre mes idéaux, elle me promit que j’aurai ma vengeance sur mon frère. Elle m’avertit néanmoins que sous la pression de Feca, Iop m’avait effacée de la mémoire collective…
[…] Ainsi s’éteint Nedora Riem, oubliée de tous. Mais afin que mon histoire perdure à travers le temps, je laisse cet ouvrage aux générations futures et j’y joins mon enseignement que j’espère le plus complet possible au vu de mes forces déclinantes… »

[Suit des secrets qui ne seront pas divulgués ici puis des lignes écrites d’une main tremblante et frappées par la folie liée a la vieillesse de l’auteur du livre, Nedora Riem elle-même. ndt]



Chapitre III : Ainsi naquit un nouveau clan.


Pendant plusieurs mois, Thieffera et Tehemin s’imprégnèrent des concepts et des enseignements de Nedora. Jusqu’au jour où ils décidèrent que le clan auquel ils appartenaient, le clan de Kenera-Riem, n’était plus digne de leur présence et qu’ils allaient refonder le clan de Nedora Riem. D’un même pas, ils se dirigèrent vers les bureaux des Maîtres Keneras et y déposèrent leurs démissions.
Peu de temps après, alors que les autres Maîtres Keneras suivaient leur exemple pour diverses raisons et que le clan de Kenera-Riem s’effondrait sur ses fondations trop fragiles, Iop décida de se mêler une nouvelle fois de la vie des deux jeunes gens. Trop content de prendre sa revanche sur Feca qui l’avait empêché de montrer une nouvelle fois la valeur de ses disciples, le dieu au grand cœur renvoya sur Terre un de ses serviteurs les plus fidèles afin qu’il aide le jeune couple à réaliser leur grand et ambitieux projet.
Ainsi Alcatraz fut arraché du monde des morts pour aider les vivants. Mais ce disciple de Iop n’était pas seulement un bon serviteur de son dieu, il était aussi le premier des Nedoras, former par Nedora elle-même.
Quelle ne fut pas la surprise des deux mercenaires lorsqu’un éclair frappa le sol de leur chambre pendant une de leur séance quotidienne d’entraînement. La poussière se dissipa lentement, lançant d’abord apparaître la lame d’une épée et une paire de bottes puis progressivement se dessina la silhouette musclée d’un iop.
« Iop m’a envoyé afin de vous aider à reconstruire le clan de mon maître, Nedora, annonça Alcatraz de sa voix claire mais puissante, et sa volonté sera faite ».
Après une courte présentation et un résumé de leurs avancées dans la fondation du clan, les trois premiers membres du Conseil des Anciens se mirent immédiatement au travail dans l’espoir qu’un jour les Nedoras-Riem arpentent librement la dimension du protecteur de Juinssidor, Sumens.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Clan de Nedora Riem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règlement du Clan de Nedora Riem
» Nedora Riem et Nowel
» Le Clan de Nedora Riem
» [Event ~ Tous les samedis soir] Le Meulou-Garou du Clan de Nedora-Riem
» [Rôle Play-Permanent] - Le Clan Mercenaire Nedora Riem

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Madhouse :: Espace Public :: Bibliothèque [RP]-
Sauter vers: